Japan forever
Un travail de diplôme pas comme les autres
Catégories
Archives
Jour de lessive

Comme qui dirait, faut bien faire sa lessive de temps en temps. Normalement c’est quelque chose qui est facile à faire (un peu chiant) et qui est à la portée de tous. Mais ajoutez la difficulté de la langue que vous ne comprenez pas et que vous ne pouvez lire et ça vous donne une sacrée aventure.

Il m’a d’abord fallu trouver un moyen de faire ma lessive. Pour finir j’ai décidé de la faire moi-même dans mon chez moi actuel. C’est pas super mais ça fera l’affaire. Apparement ça va me coûter 200yen (2 CHF) la machine. C’est pas donné mais bon faut ce qui faut.

J’avais d’autres alternatives mais les laveries publiques ne prennent pas en charge les sous-vêtements (les laveries où ils font tout pour vous :D ) et pour les autres laveries mes problèmes de compréhension auraient été les mêmes.

Après avoir pris la décision de faire ma lessive ici, j’ai dû me résoudre à trouver un produit pour laver mon linge. Ceci constitue une nouvelle difficulté. J’ai été au supermarché et je me suis fié aux images de la notice explicative qui indique le poids de linge et les litres et la quantité de produit à mettre. Apparement j’ai vu juste. J’ai acheté un carton de 1.1kg pour 500yen (5 CHF). Je sais pas du tout si c’est bon marché ou cher, comparé à chez nous. J’achète jamais de lessive :D

Pour mettre la machine en route, se fut de nouveau une aventure parce que tout le mode d’emploi et les explications sont en japonais. Heureusement, il y avait quelques images et une sorte de marche à suivre numérotées avec les dites images. Du coup, j’ai fait au piffomètre comme je pensais que ça devait être et la machine s’est mise en route. J’ai mis peu de produit ne connaissant pas trop le système.

Après 30 minutes de programme, mon linge est fin prêt. Il est essoré et prêt à être suspendu. Oops, y a encore ce problème là. Je n’ai nulle part où suspendre mon linge. Tant pis j’improvise. J’ai acheté une corde à linge et je la fais traverser ma chambre. J’ai quelques cintres pour les T-Shirts, et pour le reste j’ai quelques pinces à linge que j’ai acheté pour l’occasion. Pour tout ce petit matériel, j’en ai eu pour 600yen (6 CHF). J’estime que je m’en sors pas mal du tout. En plus, comme j’ai la clim dans la chambre, ça fera une très bonne soufflerie d’appoint. Je pense que mon linge sera sec dans 2 jours maximum.

Pour finir, je vous laisse une petite photo pour vous montrer à quoi ressemble ma chambre actuellement. Je m’amuse comme un fou :D

T-Shirts en train de sécher.


Commentaires
Par Raph’ le 29 juillet 2008

C’est sympa ça ! Pas besoin d’acheter un humidificateur d’intérieur ! :lol:

Et pour la lessive, ben, ça doit être les prix. J’en achète, mais je regarde jamais (en plus, on achète liquide). Cela dit, c’est un détail édifiant qui va intéresser la planète entière, ça ! :boulet:

Par Sanne le 30 juillet 2008

Petite question : la machine à laver que tu as utilisée, elle s’ouvrait sur le côté, comme ici en Europe, ou bien sur le dessus ? (lorsque j’étais au Japon, les machines à laver de mon dortoir d’entreprise s’ouvraient sur le dessus)

Petite question subsidiaire : quel est l’avantage pratique d’une machine qui s’ouvre sur le dessus ?
Seconde question subsidiaire : pourquoi ces machines à laver japonaises qui s’ouvrent sur le dessus se sont-elles retrouvées en exemple dans un certain cours de politique technologique japonaise ?

Par Prevole le 31 juillet 2008

@Sanne :

1) La machine à laver s’ouvre depuis le haut effectivement. Apparemment, sur cette machine il n’y a aucun réglage de température et on m’a dit qu’ici les lessives se font à l’eau température ambiante.

2) L’avantage que j’ai vu avec une machine s’ouvrant en haut c’est premièrement que j’ai moins du me baisser en comparaison d’une machine à ouverture sur la façade. Deuxièmement, j’ai l’impression qu’il y a moins de risque d’ouvrir la porte en cours de programme et se retrouver avec 5 cm d’eau dans la chambre à lessive ;)

3) Alors là c’est une très bonne question. Je te propose de nous éclairer vu que tu la poses si gentiment cette question :D

Par Raph’ le 31 juillet 2008

Je constate que Sanne nous gratifie toujours de ses questions existencielles ! :D Tiens, à propos, ta grand-mère fait toujours du JDR ?

Sinon, elle est sèche, ta lessive, frangin ? :lol:

Par Prevole le 31 juillet 2008

Elle est presque sèche. Je pense qu’en rentrant ce soir ça sera tout bon. Faut dire qu’un moment donné je saurais plus faire la différence si c’est encore mouillé de la lessive ou de l’humidité ambiante :D

Par Sanne le 31 juillet 2008

Avantage pratique d’une machine qui s’ouvre sur le dessus (et qui a une eau à température ambiante) :
-> Si tu as lancé une machine et que tu retrouves un vêtement sale que tu as oublié de mettre dans cette dite machine, eh bien tu ouvres le couvercle alors qu’elle est en train de tourner et tu mets y mets ton vêtement !

Machines à laver japonaises et politique technologique :
-> Le Japon a été l’un des plus gros exportateurs de machine à laver. Mais certains pays importateurs ont décidé de bannir ces machines à laver japonaises qui ne répondaient pas aux standards internationaux. S’en suivit une baisse drastique du nombre des exportations. Et le Japon de réaliser qu’ils doivent être plus présents dans l’établissement de standards internationaux.

En effet, participer à l’établissement de standards internationaux devient une arme pour gagner des parts de marché dans un monde actuellement globalisé.

Voir : http://www.swiss-japan.org/sts/cours_sts_standardization_tech_dev2003.pdf (notamment slide 27).

Un autre exemple est celui de la téléphonie mobile : dans les années 80-90, alors que les Américains ont laissé leurs opérateurs libres de choisir quel standard ils voulaient utiliser pour leur réseau, les Européens se sont décidés pour un seul standard, le GSM. Les Japonais ont développé leur propre standard, le PDC. Résultat des courses, le GSM a gagné sur toute la ligne. L’industrie des télécoms a vu la puissance qu’offre un standard, et les batailles pour la 3G ont été épiques.

— Sanne

Par Prevole le 1 août 2008

Les standards c’est quand même bien pratique :D Si seulement c’était la même chose pour le développement sur téléphone portable, je m’embêterais vraiment moins à trouver quel opérateur puis quel mobile puis quel plan de financement et pour finir par découvrir des subtilités que je peux pas faire :D

Par Sanne le 1 août 2008

« Ceux qui aiment les standards devraient être contents : il y a tellement de standards »
:arf: